ANALYSE / Escalade de l’arbitraire, procédure disciplinaire & libération d’un oiseau

Ce texte écrit par Loïc depuis la prison de Hambourg nous est parvenu récemment. Les traductions placées entre crochets sont de notre fait. Dans la version manuscrite, les dialogues sont pour l’essentiel écrits uniquement en allemand.

Les faits remontent au samedi 15 juin 2019, jour de la 4ème manifestation de soutien aux prisonniers politiques. Lorsque j’écris ces lignes au propre, nous sommes fin septembre 2019. Si j’ai laissé passer le temps, c’est parce que j’entends sans arrêt (aux promenades pendant les activités) les nouvelles prouesses de certains gardiens peu vertueux (souvent les mêmes) qui ont pu enrichir ce texte ; mais également afin de voir si la procédure disciplinaire serait ou non enclenchée. Plus de trois mois de recul et aucune nouvelle de cette procédure, je peux donc décrire l’ensemble de cette péripétie carcérale.

Ce samedi de la mi-juin, je pensais à l’anniversaire de ma petite sœur qui arrivait le lendemain et comme chaque samedi, un gardien ouvre ma porte à 13h30 pour allez au groupe de gymnastique. Il m’arrive de sauter une ou deux fois par mois ce groupe en restant dans ma cellule soit parce que j’ai mal dormi ou alors occupé à lire, penser, écouter la radio libre de Hambourg, inventer des jeux, écrire… C’était le cas ce samedi, j’informe donc le gardien que je souhaite rester en cellule. En temps normal, le gardien referme la cellule et s’en va. Mais cette fois-ci il reste, regarde un instant dans tous les sens puis soupire. À ce moment là, j’ai eu l’intuition qu’il y avait peut-être à nouveau une manifestation aujourd’hui. Il insiste : « Kommen-sie in Yoga ! » [- Venez au yoga !], je réponds encore une fois « Nein danke, ich will nicht heute » [- Non merci, je ne veux pas aujourd’hui]. Il s’en va en laissant la porte ouverte. 30 secondes plus tard, il revient « So Yoga! » [- Alors, yoga !] « Ich habe nein gesagt ! » [- J’ai dit non !]. La porte se referme. C’est certain, il y a une manifestation aujourd’hui . Je me demande alors s’ils vont me refaire le même coup que la dernière fois avec l’isolement pour rien. 14 heures, l’écho lointain de la manifestation se fait entendre. Après quelques instants, des pas accompagnés de bruits de clefs apparaissent dans le couloir, un frisson me traverse au moment où la clef tournent le verrou de ma porte qui s’ouvre, 4 gardiens sont là (contre 2 le mois dernier), l’un s’écrit :

Lui – « So ! Kommen-sie mit uns in keller ! » [- Allez, venez avec nous au sous-sol !]

Moi – « Warum ? » [- Pourquoi ?]

Lui – « Fur die letzte mal… » [- À cause de la dernière fois…]

Moi – « Eine Frage, warum die zwei erste protest keine problem und jetzt … » [- Juste une question : pourquoi n’y a-t-il pas eu de problèmes pour les deux premières manifs et maintenant… ]

Lui – « Keine Frage ! » [- Pas de questions !]

Moi – « Nein, ich bleibe hier. » [- Non, je reste ici.]

Continue reading ANALYSE / Escalade de l’arbitraire, procédure disciplinaire & libération d’un oiseau

POÉSIE / 1 an d’incarcération, toujours poète…

Voici un nouveau poème écrit par Loïc à la prison de Hambourg. 13 mois maintenant que notre ami a été arrêté et 1 an bientôt qu’il se trouve privé de liberté derrière les barreaux de la prison de Holstenglacis à Hambourg. 1 an à la disposition de la justice qui n’en finit plus de le juger, d’accumuler les audiences dans l’interminable procès de l’Elbchaussee afin de faire émaner la vérité comme iels disent. Pour nous la vérité est simple : coupable ou innocent, cela n’est pas notre affaire, Loïc se bat pour la liberté et nous exigeons qu’il retrouve la sienne au plus vite ! S’iels sont incapables de prouver quoique ce soit contre lui, qu’iels le libèrent !

Liberté pour Loïc, liberté pour toutes les personnes incarcérées !

Non seulement Loïc continue d’écrire des vers mais il n’a rien perdu de son humour comme en témoigne cette enveloppe reçue récemment et qui nous a été transmise.

Vos cages sont bien trop petites pour enfermer tout ce qui emplit nos coeurs.

ANALYSE / L’enquête post-G20 en Suisse

À lire ces jours ci, cet article publié par sur le site suisse renverse.info, pendant helvétique des sites d’informations libertaires du réseau Mutu (Manif-est.info en Lorraine, Paris-luttes.info en région parisienne etc.).

On y apprend les détails de l’enquête qui a mené les flics de Hambourg sur la piste des suspects suisses supposément impliqués dans les émeutes de l’Elbchaussée en 2017 (tout comme Loïc), comment ils ont été espionnés, traqués, arrêtés… puis relâchés dans le mesure où la Suisse, elle, a pour tradition de ne jamais extrader ses ressortissants.

Surveillance : l’ampleur de l’enquête du G20 en Suisse

Neuf mois après le sommet du G20 à Hambourg en 2017, la police a frappé simultanément à trois endroits en Suisse : le 29 mai 2018, à 6 heures du matin, une personne recherchée a été interpellée et temporairement arrêtée près de Winterthur, dans le canton de Zurich. Deux autres endroits ont fait l’objet d’une descente policière en même temps. Lors de celles-ci, divers supports de stockage électroniques, des téléphones et d’autres articles ont été confisqués. Mais comment s’est déroulée en amont l’enquête de l’opération nommée « Alster » ?

Nous avons eu accès à une partie des dossiers de la police cantonale d’Argovie et avons décidé de publier les informations que nous y avons trouvées – pour montrer l’étendue de la surveillance policière, pour partager des informations sur le fonctionnement des autorités répressives dans de tels cas et pour avoir de la matière pour se défendre et protéger dans de futurs cas de surveillance. Mais comme nous l’avons déjà dit, nous supposons que nous n’avons eu accès qu’à une fraction des documents que les enquêteur·rices ont utilisés.

L’Opération Alster

En décembre 2017, les autorités judiciaires de Hambourg publient des photos de personnes accusées d’avoir participé aux manifestations contre le sommet du G20, et demandent l’aide à plusieurs États européens pour identifier les personnes recherchées. En janvier 2018, la police cantonale argovienne répond en affirmant qu’elle a trouvé une des personnes recherchées. Le Parquet de Hambourg dépose une demande d’entraide judiciaire le 16 mars 2018 et sollicite l’aide de l’Office Fédéral de la Justice pour l’ »affaire de l’Elbchaussee ». La demande d’entraide judiciaire se fonde sur les infractions « d’émeute » en concours avec « incendie intentionnel ». [1] Dans sa demande, le Parquet de Hambourg requiert les mesures de surveillance suivantes :

  • Surveillance de communications téléphoniques : Surveillance et enregistrement des télécommunications, numéro de téléphone et des connexions internets.
  • Évaluation des données relatives au trafic de téléphones mobiles au cours des six derniers mois.
  • IMSI-Catcher pour la détermination de numéros de téléphones mobiles, de cartes SIM et de leurs localisations.
  • Surveillance de la personne accusée, demandant explicitement la permission d’utiliser des émetteurs GPS à cette fin. Les résultats de l’observation doivent également être documentés avec des photographies, des données personnelles et des données sur le véhicule.
  • Perquisition du domicile, incluant les chambres d’habitation, les salles annexes et les locaux techniques.
  • Une fois ces mesures prises, interrogatoire du prévenu. Une « liste appropriée de questions peut être envoyée en temps voulu », écrit le Parquet de Hambourg.

La surveillance est mise en place durant un peu plus de deux mois. Avec l’exception de l’évaluation des données du téléphone portable, qui sont de toute façon conservées pendant six mois, conformément à la loi suisse.

Lire la suite de l’enquête sur renverse.info

POÉSIE / La voix du Chauffour

Voici maintenant plus d’un an que Loïc est détenu. Il continue pourtant de se battre pour ses idées, de rêver à un monde plus juste et de porter depuis sa cellule les combats qu’il menait au dehors, à commencer par la lutte contre le projet d’enfouissement de déchets radioactifs de Bure. Dans ce poème écrit tout récemment, il évoque en rime et en dessin, le Chauffour, petit bois placé au sommet d’une coline en surplomb du bois Lejus, cette fameuse forêt que l’Andra entend raser et qui fut occupée entre juillet 2016 et février 2018 avant que les opposant.e.s n’en soient expulsé.e.s lors d’une opération militaire.

 

A propos de la lutte à Bure, deux événements en cette rentrée :

21-22 septembre : week-end féministe et antinucléaire, près de Bure, en mixité choisie (sans hommes cisgenre)

infos : bombesatomiques.noblogs.org

27-28 septembre : Vent de Bure à Nancy, grande manifestation contre l’enfouissement le samedi après midi.

infos : ventdebure.com

NEWS / Anthologie des poèmes de Loïc !

Cela fait aujourd’hui un an que Loïc a été arrêté. Un an que les flics français ont fait irruption au domicile de ses parents où il était revenu malgré la cavale et les risques d’arrestation. Il se savait surveillé mais voulait revoir ses proches.

La semaine dernière, notre ami a également « fêté » pour la première fois son anniversaire derrière les barreaux de la prison de Hambourg. Depuis un an, il est privé de sa liberté, détenu arbitrairement, déplacé, transféré, extradé, sanctionné, isolé, au bon vouloir d’une administration pénitentiaire dont il a du apprendre la langue. Depuis dix mois maintenant, il est régulièrement présenté devant un tribunal qui n’a de cesse de rajouter des audiences aux audiences faisant durer plus que de raison son médiocre spectacle.

Pourtant, Loïc ne baisse ni les bras ni la tête. Il continue de préparer sa défense, d’affiner ses arguments, d’écrire inlassablement. Et d’accumuler ces planches de bandes dessinnées où il raconte son quotidien « en patates ».

Depuis plusieurs mois, Loïc souhaite que ses poèmes soient rassemblés en un petit recueil disponible gratuitement sur internet (son livre précédent est toujours à la vente). C’est chose faite. Cette Petite anthologie est disponible sous deux formes, l’une pour une lecture page par page, l’autre pour l’imprimer en brochure. Imprimez-là, diffusez-là, lisez-là en public ! Les mots sont des armes contre l’isolement des corps.

Télécharger la version mise en page (brochure à imprimer)

Télécharger la version PDF page par page (lecture)

À lire également ces jours ci, deux textes écrits depuis la prison de Hambourg et dans lesquels Loïc évoque pêle mêle ses souvenirs de l’occupation du bois Lejus près de Bure, les traumatismes de sa première arrestation par la DGSI et les conditions de sa détention en allemagne.

1ère partie – Le consentement et la DGSI

2ème partie – De la cabane forestières aux cellules pénitentiaires

Liberté pour Loïc ! Liberté pour toutes les personnes détenues !