NEWS / Soirée de soutien à Nancy !

Retrouvons-nous au nouveau Foyer populaire de la Fac de lettres pour partager des nouvelles récentes de notre ami et comprendre sa situation, lire ensemble certains de ses textes ou toute autre initiative qui surgirait sur le moment ! Parce que la répression nous concerne tout.es et qu’elle ne doit pas sévir dans l’indifférence.

PROGRAMME APPROXIMATIF

18h30 – Discussion autour du procès de l’Elbchaussee à Hambourg
20h – Auberge espagnole en soutien aux inculpés du G20
20h45 – Projection : « Les enfants de Summerhill », documentaire sur une expérience de pédagogie alternative et libertaire que notre ami cite régulièrement en exemple !

Plus d’infos sur l’affaire et le procès

NEWS / Nouvelles de Loïc et appel à rassemblements !

Nous pensions que les prisons françaises excellaient en matière d’absurdité kafkaïenne. Nous voilà détrompé.es ! L’administration pénitentiaire allemande semble bien en mesure de leur faire la leçon. Depuis son arrivée à la taule centrale de Hambourg, notre ami subit quotidiennement l’arbitraire d’un règlement où l’opacité le dispute à l’invraissemblable. Un exemple. Le mois dernier, Loïc a été punit d’une heure d’isolement parce qu’il donnait du pain aux oiseaux venus siffler un air de liberté aux barreaux de sa fenêtre. Le pain, paraît-il, rendrait malade les maigres volatiles. Mais les bons sentiments des matons ne les ont guère pousser à retirer les lames aux barbelés qui partout hérissent les murs de la prison et sur lequels gisent les cadavres de moineaux malchanceux. « Bien que ce fut la punition la plus absurde et la plus méchante de ma vie, je n’ai pas pu m’empêcher de rire« , écrit Loïc dans l’une de ses lettres.

Le reste est à cette image. Chaque acte, chaque jour entre ces murs, est marqué du sceau de la bêtise bureaucratique. Depuis son extradition le 6 octobre, Loïc se trouve dans le bâtiment réservé aux détenus étrangers, c’est-à-dire à ceux qui ne parlent pas allemands. Et dans ce bâtiment, bien sûr, aucun surveillant ne parle une autre langue que l’allemand. Ses affaires personnelles sont restées bloquées durant des semaines. 25 jours avant de recevoir le moindre vêtement. Un mois et demi pour obtenir quelques uns de ses livres parmi lesquels, nous l’espérons, des dictionnaires et une méthode d’allemand.

Les livres, parlons-en. Pour qu’il les reçoive, ceux-ci doivent être neufs. L’administration recommande de les acheter sur Amazon mais accepte toutefois les colis d’une librairie de la ville. Et pour chaque ouvrage, le prisonnier doit obtenir une autorisation spécifique. Sans cela, le livre entre en prison et file directement au grenier où il l’attendra jusqu’à sa sortie. Malgré ces précautions, certains livres se perdent en route. Sûrement dorment-ils au côté de la partie du courrier qui n’est jamais délivrée ou expédiée… Cette autorisation, « Anfrage » en germain, est le sésame qui régit la vie des taulard.es. Il faut remplir un papier pour tout. Et le papier, il faut le remettre au surveillant au réveil, c’est-à-dire à 6h45 du matin. Ensuite, c’est trop tard pour le reste de la journée. C’est qu’il faut bien inculquer la discipline matinale aux repris de justice.

Seul en cellule 23 heures par jour, Loïc n’a droit qu’à deux heures de parloir par mois (hormis les rencontres avec ses avocats). Et là encore, la taule fait preuve d’ingeniosité pour humilier les êtres et contraindre les corps. Trois personnes sont autorisées à le voir mais elles n’iront pas seules. Dans le box aseptisé où une longue table empêche les étreintes se trouvent deux mouchardes, une interprète francophone et une flic connaissant parfaitement le dossier. Un mot au sujet du G20 ou de sa future ligne de défense et s’en est fini de la visite. Difficile de savoir ce qui relève du traitement habituel et ce qui est particulier à sa situation mais il semble que la dureté de ces conditions, comme celles de toute.s les autres prisonnièr.es du G20, ne soit pas sans lien avec le caractère politique des faits qui lui sont reprochés. Comme leur gouvernement, leurs juges et leurs flics, les matons hambourgeois n’ont toujours pas digéré les journées émeutières de juillet 2017.

Continue reading NEWS / Nouvelles de Loïc et appel à rassemblements !

ANALYSE / Solidarité avec les prisonniers du G20 de Francfort/Offenbach (traduction)

Dans six semaines, le 18 décembre prochain, s’ouvrira à Hambourg le procès d’au moins 4 des 5 accusé-e-s de la Elbchaussee, cette manif matinale contre le G20 de Hambourg, manif dévastatrice et efficace qui reste depuis en travers de la gorge des autorités allemandes. Les quatres personnes mises en cause (deux adultes, deux mineurs) sont originaires de Frankfort et Offenbach. Le texte qui suit est une traduction du dernier communiqué du groupe de soutien local, le Rote Hilfe FFM.

Lien vers le texte original

La répression massive de l’État après les actions menées lors du sommet du G20 en juillet 2017 à Hambourg se poursuit. Cette chasse à l’homme organisée sous la forme d’une vague de perquisitions dans toute l’Europe montre, d’une part, le zèle de persécution de l’État et, d’autre part, le caractère arbitraire et la faiblesse des autorités. Non seulement des camarades condamné.e.s à des peines absurdes sont déjà en prison, mais de nouveaux cas se multiplient. C’est ainsi qu’à l’occasion de l’anniversaire du sommet, quatre domiciles ont été perquisitionnés dans la région de Francfort. Deux camarades sont depuis en détention provisoire. Le procès contre ces quatre personnes devrait débuter à Hambourg le 18 décembre prochain.

Lire la suite sur manif-est.info

NEWS / À propos de l’extradition de Loïc vers l’Allemagne

Manifestation contre la répression à Fribourg (Allemagne)

Depuis quelques jours, notre ami et camarade Loïc dort derrière des barreaux allemands. Comme nous le craignions, la France n’a pas traîné pour céder aux demandes d’extradition de son voisin. Le 26 septembre, la Cour de cassation a rejeté l’appel de Loïc et ainsi validé le mandat d’arrêt européen sous le coup duquel il a été violemment interpellé à Nancy, le 18 août. Elle estime notamment qu’il n’est « pas poursuivi en raison de ses opinions politiques ». Quelques jours plus tard, notre ami quittait la prison de Maxéville, devenant ainsi le premier inculpé du G20 de Hambourg à être transféré en Allemagne par les autorités de son pays.

Les autorités l’ont amené ce week-end jusqu’à Hambourg. Loïc se retrouve donc en détention provisoire à 750 km de chez lui et de ses proches, dans un pays dont il ne parle pas la langue et ce pour une durée indéterminée. Les enquêteurs allemands étaient pourtant parfaitement en mesure de venir l’interroger en Lorraine. D’autant qu’ils connaissent la route puisque nous les y croisons régulièrement ces derniers mois.

Si la coopération policière franco-allemande ne nous surprend plus, nous constatons toutefois qu’elle semble chaque fois un peu plus fluide. Intérêts communs, méthodes communes ? La France qui prépare son G7 de l’été prochain (à Biarritz, fin août) semble toute dévouée à aider les autorités allemandes à traquer partout en Europe celles et ceux qui auraient saboté sa grand-messe capitaliste de juillet 2017. En revanche, les vieilles reliques telles que le droit à la défense n’ont apparemment plus cours. Le 25 septembre dernier, Loïc n’a pas été conduit à son propre procès. L’audience – relevant d’une affaire précédente au sujet de piraterie informatique – avait lieu à Paris. L’administration pénitentiaire lui suggère d’abord de comparaître par webcam, ce qu’il refuse. Il exige d’assister à son procès pour lequel il a préparé une déclaration. On lui promet alors de faire le nécessaire pour organiser son déplacement mais rien ne sera fait. C’est enfermé à Nancy qu’il passe la journée du 25. Le procès sera reporté au 4 décembre en raison de l’absence de l’accusé.

Empêché de se défendre en France, Loïc va donc devoir faire face aux accusations allemandes. Or, en Allemagne, le temps semble s’accélérer. Après des mois de traque, des milliers d’enquêtes ouvertes, des appels à délations diffusés massivement dans la presse et sur Internet, la soko « black block », la celulle spéciale créée après le sommet de Hambourg, est sous pression pour boucler ses dossiers. Les effectifs ont été considérablement réduits début octobre. Il s’agit maintenant de fournir des résultats. Or, compte tenu des moyens déployés et de la propagande d’État autour des émeutes qui ont ravagé certaines parties de la ville pourtant gardée par des dizaines de miliers de policiers, les futurs procès s’annoncent déjà truqués. Ce que nous verrons à Hambourg dans les mois qui viennent, ce ne sera pas le procès de tel ou tel acte, de telle ou telle autre personne, mais celui d’une humiliation publique pour les dirigeants allemands et les responsables locaux, l’acte de vengeance d’un gouvernement débordé par des miliers de personnes prenant les rues et saccageant méthodiquement les symboles d’un monde délirant.

À ce titre, nous dénonçons dès à présent l’instrumentalisation du procès de Loïc et des autres inculpé.e.s de la Elbschaussee, à des fins de manipulation politique. Selon les informations dont nous disposons, celui-ci pourrait débuter à la mi-décembre. Et la cour d’Hambourg n’envisagerait pas moins de plusieurs mois d’audiences !

Seul.e.s quelques-un.e.s sont enfermé.e.s, mais nous somme tou.te.s visé.e.s !
Feu aux prisons !
Liberté pour Loïc !

Comité de soutien transfrontalier

S’il en manque un, il devrait être puni.
Mais les juges doivent le faire,
qui, sans rancune, les chèvres des moutons
savent séparer.
Et les passions se reposent alors.

S’il en manque un, il devrait être puni.
Mais pas devant une cour martiale étrangère,
et non selon les paragraphes nationaux.
Ça ne marche pas comme ça.

Appellent les agitateurs, les hurleurs à la guerre –
c’est beaucoup trop fort pour moi.
Par leur folie ils font chuter jusqu’au berceau,
ce que nous avions construit.

Vous avez la victoire. Etes-vous obligés de vous rouler en elle ?
Ne pourriez-vous pas être humains ?
Mais nous vous rappelons, si vous venez vers nous sur des échasses :
c’est un non catégorique !

— Theobald Tiger, Extradition.

ANALYSE / Pourquoi faut-il soutenir Loïc – Appel à rassemblement le 25 septembre

Notre camarade et ami, maraîcher et poète, frère et compagnon Loic, a été arrêté par des unités d‘intervention de la police le 18 août à Nancy. Ces derniers ont éxécuté un mandat d‘arrêt européen qui avait été émis à son encontre en raison de sa participation présumée aux émeutes durant le sommet du G20 à Hambourg. Après trois mois de clandestinité, l`Etat a mis fin à la liberté de notre ami alors qu‘il essayait de rendre visite à ses proches.

Depuis, Loic se trouve à la prison de Nancy-Maxéville. Il est actuellement menacé d‘extradition vers l‘Allemagne pour répondre de « graves infractions » commises durant les contestations contre les plus puissant.e.s criminel.le.s, despotes, chef.fe.s de guerre et truqueur.e.s d‘élection de ce monde.

Mais qui sont les terroristes ?

L‘État allemand veut se venger. Loic, les autres amis qui se trouvent en prison – Christian, Tamaş et Mohammad -, et peut-être encore d‘autre indociles, doivent payer pour les émeutes qui se sont déroulées dans les rues de la ville hanséatique (Hambourg) l‘année dernière, lors de ces jours de juillet enflammés.

Continue reading ANALYSE / Pourquoi faut-il soutenir Loïc – Appel à rassemblement le 25 septembre